Un projet de développement global

Page 3 - Photo 1Un port qui doit s’adapter

  • L’avant-port est régulièrement au maximum de sa capacité d’accueil des navires. Les conséquences directes sont des escales
    refusées ou annulées et une perte de marchandises livrées par an estimée à 30.000 tonnes.
  • La taille des navires ne cesse d’augmenter et dépasse le gabarit de l’écluse.
  • L’accessibilité est limitée à 20 jours par mois.
  • Le port doit répondre aux besoins des chaînes logistiques.

 

Page 3 - Photo 2Les enjeux d’un projet global

Initiés dans le « Plan de Référence » de 2005, les objectifs sont multiples :

  • Offrir une plus grande accessibilité pour réceptionner les marchandises et atteindre les 400 000 tonnes en 2023 en accueillant :
    • 3 bateaux simultanément contre 2 actuellement,
    • sur 4 jours supplémentaires par mois,
    • de nouveaux trafics portuaires.

 


 

Page 3 - Photo 3

Aujourd’hui 75 % du trafic se fait dans l’avant-port et à terme 100 %.


  • Page 3- Photo 4Regrouper les activités liées au commerce sur un site unique : les installations seront ainsi optimisées et limiteront les rotations d’engins et de
    poids lourds à l’intérieur de l’emprise portuaire,
  • Orienter le bassin n°1 vers des projets en lien avec la plaisance et autres activités
  • Développer un port de servitude pendant la construction du parc éolien offshore au large de la Baie de Saint-Brieuc.